Rechercher

Les origines et l'avenir des serrures



De toutes les technologies que vous utilisez dans votre vie quotidienne, celle qui garde votre maison ou votre sac de voyage à l’abris des vols est certainement le mécanisme miraculeux auquel vous prêtez le moins attention. Les clefs et les serrures font partie de notre vie depuis des millénaires, mais elles sont en train de subir un rare et remarquable tournant dans leur histoire. En effet, la technologie est passée de la mécanique à l’électronique, et de l’isolation à l’interconnexion.


Ce changement est bien l’une des innovations des plus extrêmes dans le domaine de la sécurité depuis l’invention en Mésopotamie des serrures à goupilles en bois il y a de çà 6,000 ans. Là où les serrures à la base procuraient aux gens la possibilité de laisser leurs affaires sans surveillances, les serrures attendues dans le futures pourraient faire office de garde à elles seules. Il est possible avec ces dernières de personnaliser les données de sécurité et aussi de garder un oeil sur les allers et venues des gens chez soi ou au bureau.


Le futur réserve-t-il peut-être à l’homme une vie sans clefs ?


La découverte du plus ancien mécanisme de serrurerie jamais découvert remonte au milieu du XIXème siècle. Les archéologues à la tête de ces recherches ont trouvé au Palace de Khorsabad (en Iraq) des clefs rudimentaires et systèmes de serrures, dont les restes remontaient à environ l’an 4,000 av. J.-C., où se serait trouvé à l’époque le royaume mésopotamien de l’Assyrie. Chose surprenante, la configuration alors en bois du système était étrangement ressemblante au serrures que nous connaissons aujourd’hui. Du moins, le principe de base était le même.


Ce système est connu sous le nom de serrure à goupilles. Pour faire simple, les goupilles se trouve à l’intérieur du système de mécanique de la serrure et sont de longueur différentes. Ainsi ceci permet aux portes de rester fermées, à moins que ne soit insérée la clef qui corresponde aux goupilles de la serrure. La clef pousse les goupilles, et le verrou de bois qui permettait à la porte de rester verrouillée se tourne pour permettre l’ouverture.


En ces temps de l’Histoire, la seule alternative possible à ce simple système de serrure pour garder une porte aurait été d’y placer un garde devant.


Là est toute la partie intéressante.


Durant l’Egypte antique, les hommes ont fait avancer la technologie mésopotamienne et ont largement contribué à l’essor de l’usage des systèmes de serrurerie dans l’architecture. Bien que le système égyptien était toujours constitué de bois, ils ont souvent fait appel à l’usage du cuivre pour faire les goupilles.


Le principe basique des clefs et des goupilles a perduré longtemps à travers les siècles. Il s’est répandu depuis l’Egypte jusqu’à la Grèce en passant par l’Empire Romain, où il a ensuite été adapté et revu. Les serrures ont été conçues de plus petite taille pour pouvoir verrouiller des tiroirs ou des coffres. Il semblerait que les riches romains portaient leurs clefs comme des bijoux pour exposer leur richesse aux autres aristocrates, montrant alors qu’il étaient assez riches pour avoir en leur possession des bien qui nécessitaient une protection.